Ault-Onival

Ault petit bourg perdu dans l'immensité.
Entre les hautes falaises crayeuses, culminant à près de 80 mètres, et les bas champs, dépôt d'alluvions dû à l'attaque de la mer au pied de la falaise, qui ménent jusqu'à la baie de Somme, Ault-Onival bénéficie d'une position privilégiée.
Petit port situé en bas des falaises, Ault devint un centre important de pêche dès le XIV siècle, comptant près de 600 marins pêcheurs deux siècles et demi plus tard. Mais l'attaque continuelle de la mer entraîna la destruction de la basse-ville et eut pour conséquence la disparition de l'activité de la pêche, et les habitants durent se réfugier vers le haut de la ville à l'emplacement actuel du village d'Ault.
Avec la vogue des bains de mer du début du siècle, Ault devint très fréquenté par les Parisiens.
Aujourd'hui, avec ses villas de briques accrochées à la falaise, et ses ruelles qui descendent à la mer, Ault semble hors du temps.
C'est vers le quartier d'Onival, que les falaises se perdent dans les terres, faisant place à une plage de galets, et de sable à marée basse.
Au sud d'Ault, le Bois de Cise, merveilleux trou de verdure niché au cœur d'une valleuse picarde (vallée séche) et surplombant les falaises, seul bois naturel existant sur la côte de la Manche, réalise une alliance entre la mer et la forêt.
Le phare d'Ault :
Somptueuse tour de briques rouges vernissées et de carreaux de céramique, un perron de pierre s'ouvrant par une très belle porte en chêne massif mouluré et réhaussée de ferrures de cuivre, le phare d'Ault, du haut de ses 106 mètres, offre une vue imprenable sur la Baie de Somme et sur l'arrière-pays.

Menu Côte Picarde

Menu d'Accueil